mardi, janvier 30, 2007

Mimi

Mimi c'est ma cousine. Boffff ! Cousine est un bien petit mot pour décrire notre attachement réciproque l'une à l'autre. Nous sommes des soeurs. Ouen....des vraies soeurs.

Je viens de chatté avec elle......nous n'avons pu retenir nos larmes qui inondaient nos claviers respectifs. Elle me manque....je lui manque.

Même si nous sommes à des milliers de kilomètres une de l'autre, nous avons toujours l'impression de savoir quand l'autre a besoin. Comme une genre de symbiose. Nous semblons être connectés sur le même cerveau des fois.

J'ai rêvé à elle la nuit dernière......et ce matin en me levant j'avais un message texte sur mon cell. :

« Salut Lady, ça va ? Je t'envoies un mail ce soir en espérant que ça passe o.k. Bizou. Mi. JE M'ENNUIE ».

***

Mimi est la fille aînée de la soeur de ma mère. Elle a tout comme moi eu une relation assez fuckée avec sa mère ( Hum ? Pas mal plus fuckée, disons). Pour ma part, je me suis poussé à 200 km de ma môman....mais Mimi est partie à plus de 8000 km.

Pas pour se sauver de sa mère....ben non....mais mettons que celle-ci ne l'a pas retenue ici.

Mimi venait, quand nous étions petites, à la ferme à tous les congés scolaires et assez régulièrement pendant l'année. Elle était pas mal plus près de mon frère à l'époque, puisque du même âge.

J'ai habité chez elle à l'adolescence (avec ma mère) et nous étions assez copines, malgré la différence d'âge.

Dans la vingtaine, nos relations étaient sporadiques....mais toujours très agréables. Nous reprenions ou nous avions laissé....des mois ou des années auparavant.

Ceci dit, nous sommes vraiment devenue soeurs il y a 5 ans lors de mon arrivé à Montréal. Certains évènements (son divorce, entre autre) nous ont amené à nous revoir ( mon expertise professionnelle fût demandé ;-). Et avec le temps et la proximité géographique nous avons resserré les liens qui nous unissaient.

Après son divorce, elle est venu habité près de chez-moi...en bas de la côte. Nous nous voisinions plusieurs fois par semaine. On se parlait à tous les jours. Nos péripéties respectives meublaient les conversations....ainsi que nos grandes discussions sur notre passé, notre famille, nos avenirs respectifs.

Hé qu'on en a eu du fun....et vidé quelques bouteilles de rouge en refaisant le monde....notre monde.

Elle est tombé amoureuse d'un Africain. Et malgré qu'il ai la peau noir, si on se ferme les yeux, on entend un Québécois. Ils en entendent pas parlé là-bas des accommodements raisonnables.....mais je suis certaines que lui, il serait le premier à badtriper sur le concept. Il ne s'est pas getthoisé en arrivant ici. Il s'est intégré. Bref !

Mimi a décidé de partir vivre en Afrique ( à Port-Gentil, Gabon plus précisément )avec lui, il y a près de deux ans maintenant. Toute une aventure. Là elle se négocie l'accès à internet au lieu d'une augmentation de salaire. Question d'avoir accès plus facilement aux nouvelles du Qc.

De mon côté, je tente de la convaincre d'ouvrir son propre Blogue. Son histoire n'est pas banale, croyez-moi. De plus, je serais bien contente de la suivre quotidiennement.

Au moins là, je suis rassurée. Je n'avais pas pu la rejoindre depuis plusieurs semaines dû au mauvais réseau téléphonique. De plus, chaque fois qu'elle a tenté d'aller à un cyber-café....la liane fonctionnait pas !

Elle me manque encore....mais de parler d'elle m'a fait du bien.....un très grand bien.

Pour l'instant, je vais ouvrir une section «Nouvelles d'Afrique» et vous raconter, au fil de mes échanges avec elle et de mes ennuis d' elle, cette vie là-bas.

3 commentaires:

Rosie a dit...

Bonjour Lady,

Je peux comprendre ce que vit ta cousine, pour avoir vécu en Afrique à deux reprises, soit au Cameroun et au Maroc.

Là-bas tout est assez lent, comme ils (les africains) nous disent: "Il y a demain patron". Nous devrions nous en inspirer, notre stress serait moindre.

Amicalement.

Lady_Marian a dit...

La lenteur n'est pas un problème comme tel pour elle. C'est surtout le fait qu'elle habite une petite ville portuaire (en fait, je crois que c'est une ile, je vais vérifier) et qu'elle est la seule blanche dans son quartier.

Comme elle me disait aux fêtes, entre autre, ici on peu faire un «nowhere trip» et aller à Québec, Ottawa, Lac St-Jean. Là bas, la plus longue «stretch» est d'à peu près 20 minutes et elle est rendu l'autre bord de l'ile !

Les activités sont rares aussi. J'crois qu'il y a 2 bars et 1 resto.

Mais bon, il y a des avantages aussi.

;-)

Lady....qui n'irait pas vivre là-bas pour tout l'or au monde !

Francis a dit...

Il est vrai que ce genre de blogue est intéressant à suivre !!